Alberta's Provincial Historic Sites, Interpretive Centres and Museums
Father Lacombe Chapel

L’église

« Un jour au milieu de ces conifères géants, j’ai dit à mes compagnons: « Mes enfants, nous sommes sur le point d’abattre ces merveilleux arbres qui serviront de bois de construction pour bâtir la résidence des Pères et la Maison de Dieu. Agenouillons-nous, récitons une prière et demandons au Maître de nous aider et nous bénir. »

Quote- James G. MacGregor, Father Lacombe

Le premier édifice bâti à St-Albert était la chapelle du Père Lacombe. Dès son arrivée en avril 1861, le Père Lacombe et ses compagnons métis traversèrent du côté sud de la Rivière Esturgeon où ils coupèrent des conifères. Les arbres étaient coupés à la main en morceaux de bois carrés avec une large hache. Ce bois de construction était transporté sur la colline sur le côté nord de la rivière et assemblé en utilisant la technique de construction poteaux-sur-solle (aussi appelée « ossature-bois dite de la Rivière Rouge », « charpente de la Baie d’Hudson » ou « pièces sur pièces »). Un simple cadre de longs morceaux de bois était placé à la base de l’édifice. Des poteaux verticaux étaient mortaisés dans les soles et ensuite les rondins des murs étaient tenonnés aux deux extrémités, ce qui leur permettait d’entrer dans les montants mortaisés. Lorsque le cadre principal de l’édifice était terminé, les travailleurs construisaient un toit avec pignon soutenu par des chevrons et des poutres. Un simple mortier de sable et chaux était utilisé pour tenir les billots. Des planches sciées étaient ajoutées à la façade avant de l’édifice pour donner au côté principal de l’église un aspect plus fini.

La chapelle du Père Lacombe est un excellent exemple d’architecture du début de l’arrivée des colons. La technique de construction poteaux- sur-solle était courante dans les postes de la traite des fourrures et dans les communautés canadiennes-françaises et métisses. Cette méthode exigeait peu d’outils et permettait de construire des édifices simples et durables qui pouvaient s’adapter à plusieurs utilisations. L’emploi de cette technique de construction et l’emplacement de l’église sur un lot de terre près de la rivière soulignaient le patrimoine canadien-français et métis de l’église. Sa simplicité et sa ressemblance aux édifices de la traite des fourrures incarnent le caractère pratique des premiers missionnaires de l’Ouest canadien, qui souvent renonçaient à la sophistication architecturale en faveur de la frugalité, de l’utilité et de la vitesse de construction.




First Chapel / Cathedral

1ière chapelle/ cathédrale, avec les Pères A. Blanchet, o.m.i., A. LeCorre, o.m.i., (assis) et V. Ladet, o.m.i., vers les années 1920.
Photo: Missionnaires Oblats, fonds Grandin aux Archives provinciales de l’Alberta, OB1739

Interior of the first church in St. Albert

Intérieur de la première église de St-Albert, 1928, photographe : A. Philippot, o.m.i.
Photo: Missionnaires Oblats, fonds Grandin aux Archives provinciales de l’Alberta, OB1742

Musée Lacombe vers les années 1930.
Photo: Alberta Culture, Historic Resources Management Branch, PoS1